Cours de Iaidō

Iaidō classes

Iaidō est l’art martial japonais consistant à tirer l’épée de son fourreau, à la frapper et à la recouvrir. Les pratiquants s’entraînent pour répondre immédiatement à une attaque inattendue; cependant, l’accent est mis sur les formes individuelles et implique rarement un adversaire ou un partenaire.

Les cours Iaidō sont enseignés dans le cadre d’un héritage ancien d’une école particulière, le Heiho Niten Ichi Ryu, qui a été créé par le samouraï Miyamoto Musashi (1584 – 1645). Il a affirmé avoir battu son premier adversaire à l’âge de 13 ans et être resté invaincu en 60 duels. Le Heiho Niten Ichi Ryu est unique en ce que seule une poignée d’écoles l’enseigne en dehors du Japon.

Shihan Medhat Darwish enseigne aux débutants une épée de pratique en bois appelée bokken. Une fois qu’un débutant est investi de manière significative, il peut acheter une épée émoussée, un iaitō, en alliage d’aluminium et en acier inoxydable.

Les maîtres peuvent utiliser un katana qui est une formidable lame légèrement incurvée avec une rainure le long de sa longueur en acier. La force de coupe rapide qu’elle exerce est entendue lorsqu’elle est utilisée correctement pendant une frappe. Les katana sont façonnés par des maîtres artisans avec précision et grand soin au fil des semaines, voire des mois.

Les cours Iaidō pratiquent la précision

Pendant les cours Iaidō, le praticien est invité à pratiquer continuellement la précision dans les rituels, la coupe, la puissance de la coupe, la technique correcte, le timing et la présence. Chaque mouvement a un but. De la manière correcte de présenter votre arme à la position que vous adoptez, chaque geste est perfectionné pour être immaculé.

Tout au long de la période où les samouraïs ont régné, les maîtres iaidō l’ont enseigné autant pour la défense pratique en temps de guerre que pour le concept de développement personnel. Après la dernière bataille de samouraïs le 24 septembre 1877 et le besoin de combat avec un adversaire diminué, les arts martiaux ont commencé à changer. Les cours d’iaidō modernes semblent avoir évolué avec un accent sur la spiritualité. Iaidoka (le pratiquant de l’iaidō) peut ne pas commencer les cours avec l’intention d’évoluer spirituellement mais c’est inhérent à la pratique.

Ce qui est essentiel à l’iaidō comme dans tout art martial, c’est la spiritualité de créer un espace en lui-même. Lorsqu’ils commencent à pratiquer, ils s’efforcent d’abord d’être l’enseignant ou le maître ou une figure qu’ils ont observée. Ils tentent de s’aligner sur un idéal extérieur et physique. Au fur et à mesure que l’iaidoka se plonge dans des cours d’iaidō ciblés, ils commencent à abandonner ce concept. Le concept passe du désir d’être quelque chose à la culture de soi par le mouvement, l’attention et l’intention.

Les classes iaidō efficaces ne sont pas un jeu, mais elles engagent les systèmes qui permettent au guerrier d’être ici et maintenant, permettant à la créativité de prendre place. Ils vous permettent de répondre au moment présent plutôt que d’imposer le passé ou l’avenir au présent. Il cultive une présence consciente qui permet d’être spontané.

Apprendre encore plus modern Bōjutsu classes

Apprendre encore plus about Daitō ryū Aikibudo classes